Le « Ni pute, ni soumis » Mohammed Abdi condamné.

Publié le par Louis

Mohammed-abdi.jpg

Après un arrêt de la Cour de cassation, Mohammed Abdi, toujours secrétaire général de « Ni putes ni soumises », est définitivement condamné à 18 mois de prison, dont 12 avec sursis, pour escroquerie.

 

Dans son édition de mercredi 14 novembre, Le Parisien rapporte que le conseiller spécial de Fadela Amara est définitivement condamné à 18 mois de prison, dont 12 avec sursis, pour escroquerie à la formation professionnelle entre 1994 et 1997.
Très proche de la secrétaire d’Etat, Mohammed Abdi, toujours secrétaire général de l'association « Ni putes ni soumises », a vu sa condamnation de mai 2006 confirmée, après un rejet de son ultime recours devant la Cour de Cassation. Cette dernière a rendu son arrêt pendant la semaine du 5 novembre, affirme le quotidien qui précise que sa peine de prison est assortie d'une mise à l'épreuve de 3 ans avec obligation de rembourser le préjudice, avec le coauteur des faits, Jean Bousige.

L'affaire remonte à 1992. A cette époque, Mohammed Abdi est directeur des ressources humaines dans une société de gardiennage, FBL-Services, basée dans le Puy-de-Dôme. Employant des jeunes en contrat de qualification, l'entreprise est tenue de leur assurer une formation, en interne ou non, qui lui est remboursée. Ce système permet également à l'employeur d'être exonéré de certaines charges. La fraude montée par FBL-Services fut de produire des fausses attestations de formation et des fausses feuilles de présence pour bénéficier des avantages financiers, explique Le Parisien.
Mohammed Abdi assure sans rire avoir la « conscience hyper-tranquille » et « que de "nombreux jeunes recrutés ont trouvé un travail permanent ». De son côté, Fadela Amara, n'a pas voulu commenter, conclut le quotidien.

Publié dans Information Nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article