Droit de cuissage à l’Elysée

Publié le par Unité

 carla.jpg



Il flotte sur l’Elysée comme une ambiance versaillaise. Du temps où la Cour s’intéressait autant aux coucheries du souverain qu’aux tractations diplomatiques en vue d’empêcher la prochaine guerre. Seulement, en ce temps, l’histoire de l’Europe était avant tout une histoire de famille(s). Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. L’Europe est assez largement rongée par la bureaucratie et la cacocratie démocratique, et les galipettes des puissants n’ont généralement plus trop d’intérêt, mis à part pour la presse people qui en fait ses choux gras, bien souvent au détriment du principal intéressé, remember Clinton.
Les aventures de notre Président bien-aimé avec une chanteuse gauchiste (plutôt jolie, tout de même, mais dénuée de bon sens politique au moins autant que de voix) s’écartent assez largement des cas sus-évoqués. Une rencontre totalement arrangée (à bien lire entre les lignes les déclarations du maquereau de Jacques Séguéla, rapportées par le Figaro), un couple soigneusement mis en scène, le tout sur fond de yacht privé, de jet privé, de voyages exotiques.
Cela pue. Cela sent la communication furibarde d’un président qui n’a guère d’autre moyen de rester populaire. Après tout, puisqu’un ancien sportif, plusieurs années après sa retraite, peut rester populaire juste en faisant des soirées de charité et en se montrant, pourquoi un président en exercice ne pourrait-il pas également jouer la carte de la pipolisation outrancière afin de se conserver les faveurs, non d’électeurs sages et avisés, mais de midinettes que fait rêver l’existence d’un puissant sybarite, entre palmiers et dénouements heureux de prises d’otages ?
Pendant ce temps, la presse étrangère s’en donne à coeur joie contre ce président qui n’a guère d’autre politique que celle de l’apparence.  Personne ne semble dupe. Il n’y a guère que les journalistes français qui semblent se contenter de cette belle histoire à l’eau de rose, sponsorisée par Bolloré®.
Les histoires d’amour finissent mal, chantaient les Rita Mitsouko. Espérons surtout que la belle histoire de Sarkozy avec le peuple français termine rapidement.

http://www.tcherno.neo.cx/

 

Publié dans Information Locale

Commenter cet article