Un nouveau parti naît des divisions au sein du Front national

Publié le par Unité

La crise interne au Front national commence à avoir les conséquences prévues: les mauvais résultats électoraux de 2007, la ligne politique "modernisatrice" de Marine Le Pen et le non-règlement de la question de la succession de son chef, génèrent des départs et des scissions. Un processus qui risque de remettre en cause, à terme, une des principales réussites du FN entre le milieu des années 80 et celui des années 2000, à savoir sa capacité à maintenir réunies les différentes tendances antagonistes du "camp national", toujours prompt à se déchirer sur des questions de personnes; de stratégie ou d’idéologie.
Un nouveau mouvement est donc né le 29 mars à Paris, selon l’hebdomadaire "Minute". A la réunion de lancement de cette nouvelle formation, qui n’est pas un parti mais qui a vocation à le devenir, une fois la base élargie, participaient le directeur de la revue Synthèse nationale, Roland Hélie; le président du mouvement régionaliste Alsace d’abord, Robert Spieler et Bruno Mégret, toujours à la tête d’un Mouvement National Républicain (MNR) maintenu en survie artificielle.
La particularité de ce regroupement est de déjà pouvoir compter sur des élus dans les conseils régionaux: deux en Lorraine (le catholique traditionaliste François Ferrier et Jean-Philippe Wagner); un en Ile-de-France (Jean-François Touzé) et un dans le Nord-Pas-de-Calais (François Dubout, qui vient d’être suspendu du FN pour avoir retiré la liste qu’il présentait aux municipales de Calais, afin de favoriser la victoire de l’UMP sur le maire sortant communiste).
La nouvelle structure devrait adopter son nom le 27 avril, se doter d’une direction en juin et tenir son premier congrès en décembre. La démarche à peine lancée suscite déjà des remous: le Bloc identitaire a en effet démenti la participation de sa représentante dans le Nord, Isabelle Crépin, à la nouvelle formation, alors que son nom figurait parmi les initiateurs de la démarche.
Les grands axes idéologiques du mouvement sont le "refus de l'immigration-invasion et de l'islamisation", "la défense des valeurs fondamentales de notre civilisation" et "la construction d'une Europe de la puissance". Un triptyque qui confirme que l’extrême-droite, dans toute l’Europe, se divise désormais en deux sous-familles opposées: l’une, qui reste fidèle au nationalisme de l’Etat-nation et peut évoluer vers une conception multiethnique de celui-ci (c’est l’orientation de Marine Le Pen); et l’autre, qui se réclame d’un nationalisme européen, fondé sur l’Europe des régions et des ethnies, totalement anti-intégrationniste et islamophobe.

Source: Rue 89

Publié dans Information Nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

paul 12/04/2008 11:18

Qui parle de divisions ? Ceux qui passent leur temps à exclure et ç renier leurs idées. C'est une véritable refondation qu'il faut faire aujourd'hui. Nous ne sommes plus en 74, en 89 ou en 98. Ils ont cassé leur outil. Il n'y a plus rien. Il faut donc reconstruire. Bravo pour cette initiative.
Amitié à Bordeaux Union.

T. 11/04/2008 21:42

"Diviser pour mieux régner" est une expression largement consacrée dans la culture française. Il faut croire que ceux qui défendent cette dernière n'ont pas le moindre sens de ce qu'elles signifient (elles : l'expression et la culture). Je me demande comment, surtout dans cette extrême droite (la droite française étant la plus bête du monde, l'extrême droite ne peut être que la plus extrêmement bête), on peut encore penser créer quelque chose en créant un X-ième parti. L'UMP et le PS remercient chaleureusement les créateurs de cette nouvelle chose et lui souhaitent longue vie.

islam Go Home ! 10/04/2008 20:14

Attention à l'usage du terme ''islamophobe''.

Celui-ci contient le suffixe ''phobe'', désignant généralement 'peur morbide' , et par extension peut signifier 'névrose', 'psychose', ''obsession, angoisse' ou 'peur morbide' de l'islam...

Or, nous n'avons pas peur de l'islam, et nous ne sommes semble-t-il ni névrosés, ni obsédés...

N'oublions pas que cette terminologie pourrait être utilisée par nos adversaires, les musulmans ainsi que par leurs avocats français idiots utiles', à des fins de diffamation à notre encontre, et vu le contexte actuel, ils n'auraient pas trop de mal à y parvenir.

Je pense que l'usage du terme ''anti-islam'' , par exemple, serait plus approprié et plus précis...

Cela peut sembler anodin à priori, mais notre combat étant ciblé, soyons aussi précis et couvrons nous.

... 09/04/2008 15:55

Marine Le Pen a une conception multi-ethnique de la France,c'est plutôt Alain Soral qui lui monte le cerveau,d'ailleurs leurs membres se vantent que Marine va prendre tous leurs propositions si elle est élue présidente du FN...

Ceux qui sont encore au FN et qui sont contre cette vision,bonne chance...