L'URSS existe encore et se propage sur la Toile.

Publié le par Unité


L'Union soviétique a beau appartenir au passé, l'utopie socialiste perdure sur la Toile. Dix-sept ans après l'effondrement de l'URSS, les sites Internet se terminant par «.su» (pour «Soviet Union») sont en augmentation constante, alimentant une communauté qui refuse la disparition de l'URSS.

Le nombre des sites en «.su», qui s'élève à 45 000, reste très faible, face au million de «.ru» (Russie), aux 12 millions de «.de» (Allemagne) ou aux 75 millions de «.com». Mais il a quadruplé depuis la fin 2006. Depuis le début de l'année, l'augmentation est de 45 %, grâce notamment à une baisse des tarifs d'enregistrement des noms.

Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène : la nostalgie de certains pour l'empire soviétique, le cybersquatting, qui consiste à acheter des domaines pour ensuite les revendre au prix fort, et enfin l'aspect marketing : l'extension «.su» permet de disposer d'un nom facilement reconnaissable et parfois déjà acheté sous un autre domaine plus connu.

Ainsi, un petit garagiste de Moscou spécialisé dans les véhicules Ford a lancé son site ford.su, tandis que des Moscovites ont acheté les noms apple.su et microsoft.su. Depuis 1990, l'organisme en charge des noms sur Internet a plusieurs fois tenté d'éliminer l'extension «.su». Sans succès

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article