Un deuxième procès pour rendre justice à Vincent Germon

Publié le par Unité

Vincent Germond avait 16 ans en 2005, quand il a reçu une balle de carabine dans le thorax. Après deux ans et neuf mois de prison, le tueur a retrouvé la liberté. La mère de la victime organise dimanche une commémoration.

Mercredi 8 juin 2005, il est midi. Dominique Germond rentre chez elle. Sa petite fille de 6 ans lui donne la main. Elle était sortie acheter à manger pour son fils, Vincent. Quand elle arrive devant son immeuble, une foule bloque l’entrée. Un jeune homme est allongé sur le sol, un masque lui recouvre le visage… Elle reconnaît ses chaussures.
C’est son fils, Vincent, 16 ans. Il est en train de mourir, une balle de carabine lui a transpercé le thorax. Le tireur, Hadj Benyklef, a également 16 ans. « Au départ c’était une histoire de 20 euros que mon fils lui devait. Finalement ce n’était pas vrai. A l’heure d’aujourd’hui, je ne sais pas réellement pourquoi Vincent a été tué », nous raconte Dominique Germond, la voix tremblante. Vincent ne voulait pas inquiéter sa maman, mais il était menacé depuis plus de six mois. C’est son meilleur ami qui l’a confié à Dominique. Deux jours avant le drame Vincent s’était battu avec l’individu en question qui lui aurait dit : « J’aurai ta peau. »
Suite sur: France-Soir

Publié dans Information Nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article