LETTRE D'INFORMATION DE JEUNE NATION

Publié le par Louis

bandeau2008-1.jpg



Le revers du Front national lors des dernières élections a engendré une désillusion d'autant plus forte que la victoire du Non lors du référendum sur la constitution européenne et la situation générale avait fait naître un immense espoir électoral. Pourtant, depuis toujours, le mouvement national ne connaît que des échecs dans ce domaine, depuis le général Boulanger jusqu'à l'O.A.S. Analysant précisément l'échec du Boulangisme, Maurice Barres concluait qu' « on ne soulève pas les masses pour une action durable sans principe ». C'est à cette règle de bon sens qu'il faut se tenir : s'interroger sur la nature exacte de ces principes forts et y soumettre notre action.

La première des évidences est que le système ne peut être réformé. Il n'est pas amendable. Aussi est-ce une véritable révolution qu'il convient d'accomplir afin de l'abattre définitivement pour le remplacer par un ordre nouveau basé sur une politique naturelle. Et, en l'occurrence, la forme de gouvernement importe moins ici que la doctrine qui l'anime. La Nation est au- dessus des institutions et le principe de souveraineté nationale est une loi sacrée. La France est irrévocable car elle s'enracine dans une histoire pluri-millénaire et seul un Etat restauré permettra l'accomplissement de sa destinée.

Le deuxième principe fondamental est le suivant : toute action collective implique que le bien commun doive prévaloir sur les intérêts particuliers. Il faut mettre un terme aux querelles stériles qui ne sont pas à la hauteur des enjeux d'aujourd'hui, à l'heure où notre civilisation , riche d'innombrables siècles de travail, de réflexion, de création , de découvertes et de sacrifices, est menacée de disparition. Ce qui nous unit est – ô combien ! – plus puissant que ce qui nous divise! Alors, bien sûr , réaffirmons-le : Oui au rassemblement des bonnes volontés mais dans une discipline d'action bien acceptée.

La troisième idée-force s'illustre par une vision héroïque de l'existence. En effet , rien n'est inéluctable. C'est toujours la volonté agissante et inébranlable d'une infime minorité qui écrit l'Histoire. Ce sont les petites victoires quotidiennes contre la fatalité, le renoncement, le mensonge, la paresse, l'inaction qui mènent à la grande victoire triomphale. Ce n'est pas de l'élection que procède le succès mais c'est en imposant nos idées, nos références, nos symboles, notre vocabulaire, notre volonté et nos hommes, envers et contre tous, avec foi, constance et fermeté, que nous pourrons vaincre. Victoire électorale ou autre voie, c'est alors une affaire de circonstances, de hasard, osons même parler de providence !

Enfin, il faut chasser les démons de la résignation et du défaitisme. La France est un miracle que la raison seule ne peut expliquer. Elle ne peut pas mourir. A l' échelle humaine, le combat peut paraître aujourd'hui démesuré. Mais l'Histoire nous enseigne que c'est au moment où tout semble perdu que s'offrent alors des chances inespérées de redressement et de profonde mutation. Mais encore, faut-il, pour cela, être animé par l'Espérance. L'espérance de ceux qui bâtissent, de ceux qui toujours combattent, l'espérance de ceux qui croient. A la question qui nous obsède tous: « Et maintenant ? » , nous répondons, sereins et déterminés: La nation continue, le combat continue !

Yvan BENEDETTI


http://www.jeune-nation.com/

Publié dans Information Nationale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article